logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

02/04/2013

Un roman prix concourt 2008 et aujourd'hui le film

hello9c388bb5.gif

Ma belle fille m'avait offert ce roman

Syngué sabour le livre.jpg

à Noël 2008 et il vient d'être adapté au cinéma

Un film bouleversant

singue4.jpg
La condition de la femme musulmane inspire décidément les cinéastes proche-orientaux, voire d’autres : " Femmes du Caire " et "Après la bataille" de Yousry Nasrallah, "Les Femmes du bus 678" de Mohamed Diab, "La Source des femmes" de Radu Mihaileanu… "Syngué Sabour" traite le sujet sous un angle tout autre et original, avec en toile de fond la guerre en Afghanistan. Ecrit et réalisé par un homme, Atiq Rahimi, "Syngué Sabour" est un film sur la parole libérée d’une femme conditionnée par la société patriarcale qu’elle subit.

J-aime - Copie.jpg

Donc je partage

Atiq Rahimi

singuesabour3.jpg

a adapté au cinéma son roman

Syngué sabour. Pierre de patience

 (prix Goncourt 2008)

illuminé par l'actrice iranienne Golshifteh Farahani.

singuesabour1.jpg

En adaptant au cinéma son roman Syngué sabour avec l'aide de Jean-Claude Carrière, Atiq Rahimi l'écrivain et cinéaste franco-afghan signe un magnifique requiem hanté par la présence de Golshifteh Farahani, héroïne de tragédie, traversée par la souffrance, le désespoir, la révolte et le désir de se libérer. Sans la puissance de jeu et la présence envoûtante de l'actrice iranienne, bannie d'Iran et exilée en France, Syngué sabour n'aurait pas un tel impact dramatique. Ce rôle était fait pour elle. Mieux que quiconque, Golshifteh Farahani l'insoumise connaît le poids de l'intégrisme.

Atiq Rahimi, qui avait porté à l'écran son premier roman, Terre et cendres, réflexion poétique et tragique sur l'Afghanistan, opte dans son second long-métrage pour une mise en scène dépouillée, minimaliste, qui renforce le long monologue de son héroïne. "Je me sens écrivain quand je filme et cinéaste quand j'écris", aime répéter Atiq Rahimi, qui a tourné la majeure partie du film à Casablanca et quelques extérieurs à Kaboul, prétextant un documentaire sur les combats de cailles.

singuesabour2.jpg

Dans une maison délabrée de Kaboul, une jeune femme (Golshifteh Farahani), dont on ne saura jamais le nom, veille son mari, un soldat d'Allah plongé dans le coma, une balle dans la nuque. Elle prie pour le ramener à la vie. Peu à peu, sa parole, qui n'était que murmure, se libère, se fait plus audacieuse. Elle parle à ce corps inerte, comme on se confie à sa "syngué sabour", une pierre de patience qui "t'écoute, éponge tous tes mots, tes secrets, jusqu'à ce qu'un beau jour elle éclate. Et ce jour-là, tu es délivré de toutes tes souffrances, de toutes tes peines."


Quelques liens très intéressants  pour ceux et celles qui veulent aller plus loin dont celui de France Inter qui avait consacré plusieurs jours d'émissions à ce sujet et à Jean Claude Carrière:

http://www.franceinter.fr/evenement-syngue-sabour

http://www.lefigaro.fr/cinema/2013/02/19/03002-20130219AR...

http://www.courte-focale.fr/cinema/entretiens/atiq-rahimi...

 

abientot_026.gif

Janie

31/03/2013

Joyeuses Pâques

paques.jpg

Voici venir Pâques fleuries,
Et devant les confiseries
Les petits vagabonds s'arrêtent, envieux.
Ils lèchent leurs lèvres de rose
Tout en contemplant quelque chose
Qui met de la flamme à leurs yeux.

Leurs regards avides attaquent
Les magnifiques œufs de Pâques
Qui trônent, orgueilleux, dans les grands magasins,
Magnifiques, fermes et lisses,
Et que regardent en coulisse
Les poissons d'avril, leurs voisins.

Les uns sont blancs comme la neige.
Des copeaux soyeux les protègent.
Leurs flancs sont faits de sucre. Et l'on voit, à côté,
D'autres, montrant sur leurs flancs sombres
De chocolat brillant dans l'ombre,
De tout petits anges sculptés.

Les uns sont petits et graciles,
Il semble qu'il serait facile
D'en croquer plus d'un à la fois ;
Et d'autres, prenant bien leurs aises,
Unis, simples, pansus, obèses,
S'étalent comme des bourgeois.

Tous sont noués de faveurs roses.
On sent que mille bonnes choses
Logent dans leurs flancs spacieux
L'estomac et la poche vides,
Les pauvres petits, l'œil avide,
Semblent les savourer des yeux.

Marcel PAGNOL

P1100535.JPG

Pas de petits cette année dans la maisonnée

mais les grands ont bien apprécié ces quelques chocolats

P1100542.JPG

P1100544 - Copie.JPG

Attention demain

poisson22.jpg


 

 


19/03/2013

Printemps

hello802326printempshibou.gif

Premier sourire du printemps

Premier sourire du printemps

Théophile Gautier

Tandis qu'à leurs œuvres perverses

Les hommes courent haletants,

Mars qui rit, malgré les averses,

Prépare en secret le printemps.

 

Pour les petites pâquerettes,

Sournoisement lorsque tout dort,

Il repasse des collerettes

Et cisèle des boutons d'or.

 

Dans le verger et dans la vigne,

Il s'en va, furtif perruquier,

Avec une houppe de cygne,

Poudrer à frimas l'amandier.

 

La nature au lit se repose ;

Lui descend au jardin désert,

Et lace les boutons de rose

Dans leur corset de velours vert.

 

Tout en composant des solfèges,

Qu'aux merles il siffle à mi-voix,

Il sème aux prés les perce-neiges

Et les violettes aux bois.

 

Sur le cresson de la fontaine

Où le cerf boit, l'oreille au guet,

De sa main cachée il égrène

Les grelots d'argent du muguet.

 

Sous l'herbe, pour que tu la cueilles,

Il met la fraise au teint vermeil,

Et te tresse un chapeau de feuilles

Pour te garantir du soleil.

 

Puis, lorsque sa besogne est faite,

Et que son règne va finir,

Au seuil d'avril tournant la tête,

Il dit : " Printemps, tu peux venir ! "

printemps.jpg

 

À-bientot1.jpg


 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique