logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

18/06/2012

Charleville Mézières 1

Charleville-Mézières

Charleville champagne-Ardenne_Carte de la ville.gif

177879_4072982300667_649491952_o.jpg

470267_4072980420620_184471375_o.jpg

Traversée d’Ouest en Est par la Meuse, qui la relie par voie fluviale à la mer du nord, Charleville-Mézières s’est bâtie à travers les siècles. Des remparts de Mézières à la place Ducale, en passant par de multiples curiosités, son riche patrimoine est le témoin d’un passé historique conséquent et atypique.

Malgré les invasions et les destructions de 1815, 1870, 1914 et 1940, Charleville-Mézières a su préserver ses atouts économiques, touristiques et culturels et tirer profit d'une figure mythique : Arthur Rimbaud.
La maison de Rimbaud

P1090713-001.JPG

Le musée Rimbaud

 

P1090703.JPG

En visitant  quelques clic-clacs comme dirait Notre Françoise

IMG390.jpg

Et comme c'était jour de "bonté" une douce pensée pour Marylène

IMG391.jpg

Hum ! Les bons chocolats de Charleville ils sont "à croquer"

Si vous regardez bien dans la boutique on y voit 

une 458128_456986150997778_394677706_o-001.jpggourmande

P1090708.JPG

 

 La Place Ducale

P1090709.JPG

 

 

P1090712.JPG

La place Ducale est la place principale de Charleville-Mézières. Construite en 1606 par Clément Métezeau (frère du créateur de la Place des Vosges), elle est aussi la sœur jumelle de la place des Vosges à Paris.

C'est grâce à l'effort financier de Charles de Gonzague, neveu d'Henri IV, duc de Nevers et du duc de Rethel, gouverneur de la Champagne, que la place a vu le jour.

La place Ducale est un rectangle de 127 mètres de long et large de 90 mètres, doté de 27 pavillons de style Henri IV ou Louis XIII obéissant à la règle de 4 : 4 travées, 4 baies à chaque étage, 4 lucarnes et 4 oculi sur le toit.

Initialement pavée, elle est ensuite longtemps recouverte par du goudron pour être repavée en 1999. L'élément central a également souvent été modifié : une fontaine jusqu'en 1899 qui laisse sa place à une statue représentant Charles de Gonzague.

Charles de Gonzague

charlevillePortrait-de-Charles-de-Gonzague_medium.jpg

 

Depuis peu la statue de Charles de Gonzague a été à nouveau déplacée afin d'y mettre une copie de la fontaine originale.

La similitude des deux places vient du fait que leurs architectes étaient frères : Louis Métezeau en 1607 pour Paris et Clément Métezeau en 1606. La principale différence des deux places vient du fait que la place de Charleville ne possède aucun terre-plein central. La place Ducale est totalement minéralisée, contrairement à la Place des Vosges.

Ne manquez pas le lien suivant

Le Patrimoine de Charleville-Mézières

http://www.dailymotion.com/video/xonco6_le-patrimoine-de-...

A suivre  prochaine note :

Charleville Mézières 2

Les indisciplinées et le Grand Marionnettiste

Amitiés

Janie

 

80fdcd06.jpg


09/06/2012

Les Ardennes Jean Nicolas Arthur Rimbaud

Jean Nicolas Arthur Rimbaud

rimbaud.jpg

naît à Charleville le 20 octobre 1854. Il passe son enfance dans cette ville  qui compte alors moins de 10 000 habitants.

rimbaudducal_220.jpg

Dans cette seconde moitié du XIXe siècle, elle conserve encore son allure de cité des ducs de Gonzague créée de toutes pièces en 1606, deux siècles et demi avant la naissance du poète.

rimbaudmaison_qu_220.jpg

Les vingt premières années de Rimbaud à Charleville. De la maison où il naît, rue Napoléon, actuelle rue Bérégovoy,à la rue Bourbon où il passe les années de son enfance et jusqu'à son adolescence quai de La Madeleine, actuel quai Rimbaud, nous suivons les pas des quatre enfants Rimbaud éduqués par leur mère, Vitalie Cuif. Madame Rimbaud, originaire du petit village de Roche, à côté d’Attigny, était venue s’établir  à Charleville où elle avait rencontré le capitaine Frédéric Rimbaud, qui de garnisons en campagnes Militaires ne faisait que de brefs séjours à Charleville ; il n’y revint plus après la naissance de ses quatre enfants et leur jeunesse est alors marquée par l’absence du père. Aussi les promenades du collégien Arthur Rimbaud se déroulent-elles dans une ville où le passé compte ; aux portes de Charleville, la place forte de Mézières, ville militaire, rappelle que la France a longtemps eu la Meuse pour frontière.

Brillant élève de son collège Arthur Rimbaud, qui fait la gloire de son collège en y remportant nombre de premiers prix, va connaître la guerre en juillet 1870 avec son cortège de destructions, et ce tout particulièrement à Mézières. Au printemps 1871, il apprend avec enthousiasme l’établissement de la Commune à Paris ; “ l’ordre est vaincu !″affirme-t-il à Charleville. À 17 ans, il établit ses objectifs poétiques Parallèlement à cet ébranlement social, Rimbaud établit ses objectifs poétiques et deux lettres célèbres, les lettres du « voyant » adressées à Georges I zambard et à Paul Demeny en mai 1871, montrent le chemin qu’il souhaite poursuivre. Son désir de gloire littéraire est grand et il cherche à se faire connaître dans les cercles parisiens : il étonne et convainc avec « Le Bateau-ivre » dès septembre1871. Ses fugues, ses séjours à Paris, à Londres ou à Bruxelles, son amitié pour Paul Verlaine marquent les années 1872-1875, années où il écrit “Une saison en enfer″ et les “Illuminations″.

Charleville, ses environs et le petit village de Roche

rimbaudroche.jpg

 ont ainsi joué un grand rôle dans la vie de Rimbaud adolescent et poète puisque c’est dans ces paysages que son œuvre poétique a mûri. Mais, dès 1875, Rimbaud s’éloigne déjà de la création littéraire, à 20 ans il tourne le dos à la poésie. À 21 ans, Rimbaud voyage à travers l’Europe Se succèdent alors des voyages à travers l’Europe : en 1875, Stuttgart, Milan et Gènes ;  en 1876, Vienne, la Hollande puis son engagement dans l’armée néerlandaise qui le mène à Batavia ; et, à la fin de la même année, on l’aperçoit à nouveau à Charleville. En 1877 et 1878, il reprend son périple et se rend à Chypre où il travaille quelques mois. Commence ensuite l’épopée africaine de 1880 à 1891 durant laquelle il est employé dans des sociétés commerciales ; ces onze années sont ponctuées d’une abondante correspondance avec sa famille, à Charleville et à Roche. Aux yeux de ses compatriotes, Rimbaud devient alors

Explorateur et le monument qui lui est élevé en 1901 sur le square de la gare de Charleville célèbre autant l’explorateur que le poète.

Mort à Marseille à l’âge de 37 ans  le 10 novembre 1891, Rimbaud est inhumé au cimetière de Charleville où l’on peut voir sa tombe en marbre blanc.

rimbaudtombe_150.jpg

Les hommages à Rimbaud De nos jours, la Ville de Charleville-Mézières évoque le souvenir d’Arthur Rimbaud grâce au musée installé dans le moulin du XVIIe siècle. Il présente la vie et l’œuvre du poète grâce à des documents, manuscrits et objets personnels, il expose également les travaux de nombreux artistes qui font référence à Arthur Rimbaud montrant que, 120 ans après sa mort, ses écrits restent très actuels. Citons parmi ces artistes : Fernand Léger, Jean Cocteau, Pablo Picasso, Alberto Giacometti, Sonia Delaunay, Ernest Pignon-Ernest, ou encore Robert Mapplethorpe et Patti Smith. Par ailleurs, de nombreux ouvrages et documents sont conservés à la médiathèque « Voyelles » qui réunit éditions et documents originaux ou écrits suscités par l’œuvre du poète.

Depuis 2004, la maison Rimbaud ou « Maison des Ailleurs » est ouverte au public. Elle présente l’itinéraire du poète à travers une évocation visuelle et sonore. Une résidence d’écrivain y est également installée et contribue à faire vivre la poésie à Charleville-Mézières. En ville, les « bornes » du parcours Rimbaud font écho aux lieux parcourus par le jeune poète.

 

Le buffet

rimbaud45626963.jpg

 

C'est un large buffet sculpté ; le chêne sombre,
Très vieux, a pris cet air si bon des vieilles gens ;
Le buffet est ouvert, et verse dans son ombre
Comme un flot de vin vieux, des parfums engageants ;

Tout plein, c'est un fouillis de vieilles vieilleries,
De linges odorants et jaunes, de chiffons
De femmes ou d'enfants, de dentelles flétries,
De fichus de grand'mère où sont peints des griffons ;

- C'est là qu'on trouverait les médaillons, les mèches
De cheveux blancs ou blonds, les portraits, les fleurs sèches
Dont le parfum se mêle à des parfums de fruits.

- Ô buffet du vieux temps, tu sais bien des histoires,
Et tu voudrais conter tes contes, et tu bruis
Quand s'ouvrent lentement tes grandes portes noires.

 

blinkie_chemin_de_vie16.jpg

Quelques liens :

http://poesie.webnet.fr/lesgrandsclassiques/poemes/arthur...

http://krystynaetsesdadas.free.fr/Anthologie/Poemes/Poete...

http://www.ardennes-culture.net/Rimbaud/index.html

 

imagesblog1.jpg


30/05/2012

Hello

 

1.jpg

Lever matinal pour avoir le temps de vous donner les dernières « news » de Haute Loire,  où une belle journée ensoleillée s’annonce et toujours beaucoup d’occupations en vue.

collage_2012-04-17_12-22-42.p.jpg

 

En passant,  félicitations aux « blogueuses et blogueurs » qui arrivent à tenir leur blog avec beaucoup d’assiduité, je reconnais être un peu dépassée ces temps-ci pour tout jongler : emploi du temps chargé et blog  à mettre à jour et passer  « lire » les « z’amies et z’amis ».

 

Tout d’abord bon anniversaire « à mon p’tit vieux » pour ses 61 printemps aujourd’hui.

anniversaire_gateaux005.gif

 

Après le joli mariage de Charline et Olivier où tout était parfait, je respecte leur vœu de ne pas mettre de photos 

n27jo6qz.jpg


Pour eux et tous les mariés « jeunes époux » ou « vieux mariés » ainsi que pour mon couple qui fêtera ses 34 ans d’union ce dimanche, je rends hommage à une poétesse de l’amour.

coeur-gif-118.gif

220px-Rosemonde_Gérard.jpg

 

Rosemonde Gérard

 

 (05/04/1871-08/07/1953)

 

Epouse d'Edmond Rostand et Mère de Jean Rostand)

 

"Plus qu'hier et bien moins que demain"

 

 Cela vous dit quelque chose ?

 

Comment un simple vers a offert l'éternité à l'épouse d'Edmond Rostand.

 

 

Depuis près d'un siècle, il ne s'est pas passé une seule Saint-Valentin sans qu'apparaisse le célèbre poème de Rosemonde Gérard :

 

"Car vois-tu, chaque jour je t'aime davantage, aujourd'hui plus qu'hier et bien moins que demain."

 

Gravés à l'intérieur des alliances, sur l'envers des médailles (depuis 1907), ces quelques mots ont sonné dans l'oreille de toutes les générations depuis nos grands-parents. Derrière ces simples mots d'amour se cache une femme amoureuse dont la célébrité eut été certainement plus grande, si elle n'avait pas tant adoré son mari.

 

La petite "Dodette", comme la surnommait sa famille, avait quelques atouts en main dès sa naissance pour tenter la célébrité. Fille et petite-fille de deux Maréchaux de l'Empire dont le nom est gravé sur l'arc de Triomphe, elle fut orpheline de père assez jeune. À cette époque, lorsque des enfants n'avaient plus de chef de famille, ils étaient guidés et orientés dans leur vie par un "conseil de famille". Et la jeune Louise Rose Étiennette Gérard eut pour tuteurs ni plus ni moins qu'Alexandre Dumas et Leconte de Lisle ! Il a dû lui être naturel, pour ses 18 ans, de composer son premier recueil de poèmes, Les pipeaux, et à 19 ans de tomber amoureuse d'un poète, Edmond Rostand. Tout jeunes en âge comme en art, ils se plaisent à versifier, s'amusent et se lancent des défis, comme deux jeunes oiseaux ivres d'amour et de légèreté. Ils se marient en 1891, et ce sera pour le meilleur jusqu'à leur mort. Leurs deux fils, Maurice Rostand l'écrivain et Jean Rostand le scientifique, tous deux célébreront aussi l'amour de leurs parents, tout comme l'amour qui les a liés à leur mère.

 

 

Un amour vécu, écrit et chanté

L'amour de Rosemonde (son nom de plume) et d'Edmond dépasse de loin les standards d'une époque prude et discrète. Ils se vouent mutuellement une passion qui ne s'éteindra jamais, et fort de leur talent d'écrivains, ils auront à leur disposition tous les mots nécessaires pour chanter la beauté de la vie, de la nature et de l'amour sans jamais perdre leur fraîcheur première. Rosemonde est fascinée par le don de son époux et elle l'encourage à l'écriture, le stimule en lui lançant des défis, en écrivant ses propres textes pour l'accompagner dans l'acte mystique de la création. Préfigurant cet autre couple d'amoureux éternels, Paul Eluard et Elsa Triolet, ils n'ont de cesse de transposer le sentiment dans la sublime esthétique des poèmes:"Ce n'est pas la faute à nous deux, si nous nous aimons de la sorte. Pardon de toutes les années où je ne te connaissais pas... malgré nous."

 

Sous le soleil de cette fée, Edmond Rostand s'épanouit dans la splendeur de la maturité et son art gagne en hauteur. Son Cyrano de Bergerac sera ciselé jusqu'à la perfection sous l'attentive bienveillance de sa muse. Rosemonde, bien que ses poèmes soient célèbres à son époque et mis en musique notamment par Chabrier, restera toujours à l'ombre du grand homme, car elle vit comme une rose amoureuse de l'ombre qui l'abrite.

 

L'Éternelle Chanson... d'amour

 

"Plus qu'hier et moins que demain"... Si le message et les médailles ont mal vieilli, ils ne sont qu'une infime partie d'un des plus beaux poèmes d'amour de tous les temps. On y lit l'amour de toutes les époques, l'amour courtois du troubadour pour sa dame, la vérité sans voile d'un Baudelaire, la romance d'un Ronsard. Et comment ne pas être troublé par l'inspiration évidente que ce poème a transmis à une autre chanson bientôt aussi connue de notre époque, celle des Vieux amants. Une femme qui a su réunir en elle toute la grandeur de mille poètes éternels. En voici quelques vers :

 

" C'est vrai nous serons vieux, très vieux, faiblis par l'âge,

 

Mais plus fort chaque jour je serrerai ta main,

 

Car vois-tu, chaque jour je t'aime davantage

 

Aujourd'hui plus qu'hier et bien moins que demain !

 

Nous nous regarderons, assis sous notre treille,

 

Avec des yeux remplis des pleurs de nos vingt ans...

 

Lorsque tu seras vieux et que je serai vieille,

 

Lorsque mes cheveux blonds seront des cheveux blancs ! "

Quelques liens :

http://www.unjourunpoeme.fr/auteurs/gerard-rostand-rosemonde

http://suite101.fr/article/offrezlui-rosemonde-gerard-a-la-saintvalentin-a6240

http://www.poesie.webnet.fr/lesgrandsclassiques/poemes/rosemonde_g_rard/l_eternelle_chanson.html

http://www.ville-brassaclesmines.fr/mp/index.asp

http://www.auvergne-centrefrance.com/geotouring/musees/detail/mus_peynet.htm

http://www.peynet.com/vf/pages/musees.php

La p'tite vieille que je suis

atteinte d'un beau lumbago depuis jeudi dernier et doppée à "donf" pour pouvoir s'activer

vous souhaite

une

 

zfws9mvp.jpg

Amitiés

Janie

 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique