logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

21/02/2014

Le mimosa

Hello23.gif

Le mimosa

mimosale-.jpg

Le mimosa c’est une collection de boules dorées qui attirent le regard, un parfum reconnaissable entre tous, une longue floraison en plein hiver et un feuillage décoratif toute l’année.

mimosass.jpg

Le mimosa est un acacia, un arbre appartenant à la grande famille des Fabacées et à l'ordre des mimosées. Il en existe plus de 1200 espèces à travers le monde, aux coloris et formes variés. Ce sont des arbres ou des arbrisseaux souvent épineux, à feuilles généralement persistantes, dont un grand nombre sont cultivés, sous le nom impropre de mimosa, pour leurs fleurs jaunes odorantes réunies en petites têtes sphériques. Souvent utilisés dans la confection de bouquets pour apporter leurs notes ensoleillées, les pompons dorés du mimosa apparaissent dès le mois de décembre. On ne cultive généralement le mimosa en pleine terre que dans le Midi ou sur le littoral Atlantique. Très résistant lorsqu’il vit dans de bonnes conditions climatiques, il pousse vite (de 30 à 60 cm par an), attendez-vous à le voir mesurer de 3 à 10 m de hauteur et de 2 à 4 m d’étalement, avec une longévité en théorie de 50 ans !

mimosa83-roquebrun-mimosa.jpg

L’histoire du mimosa

Mimosa_-_Le_Muy.jpg

La ville de Mandelieu-La Napoule, dans les Alpes-Maritimes, est la capitale internationale du mimosa. Depuis 1931, on l’y célèbre d’ailleurs tous les ans, au mois de février lors d’une grande fête populaire qui dure 10 jours.

mimosass.jpg

Le mimosa fut importé en France sur la côte méditerranéenne depuis l’Australie au début du XIXème siècle par le grand explorateur James Cook. L’arbuste s’adapta alors formidablement à son nouvel environnement, appréciant le climat ensoleillé et les gelées peu fréquentes de la Côte d’Azur. Il prit ainsi racines dans les massifs de l’Estérel et du Tanneron. Les aristocrates européens furent les premiers à en orner leurs jardins.

mimosass.jpg

Mais l’histoire du mimosa est jalonnée d’embûches, et la première grande catastrophe arriva le 13 février 1929, par le gel et la neige. Alors deux ans plus tard, pour fêter la renaissance du mimosa et la persévérance de ses producteurs, la première Fête du Mimosa fit son apparition à Mandelieu-La Napoule, le 16 février 1931. Sa culture mobilise aujourd’hui une centaine de mimosistes locaux, et plus de 8 millions de bouquets sont expédiés chaque année à travers le monde.

mimosa11.jpg

Le mimosa ne se contente pas d’être l’arbuste décoratif du début de l’année, il est également exploité pour ses essences, et a contribué au même titre que la rose à l’essor de la ville de Grasse au XIXe siècle. Le mimosa entre ainsi dans la composition de parfums renommés, comme Amarige de Givenchy ou Paris d’Yves-Saint-Laurent. On trouve autour de Grasse de nombreuses plantations, et le célèbre arbuste a même marqué de son sceau le nom d’une ville de la région : Bormes-les-Mimosas.

Vidéo journal télévisé du 12/01/2012

 

mimosaborne.jpg

Partir au soleil en hiver, et découvrir le Charme du Sud...

En attendant "le voyage" une escapade "virtuelle" avec liens pour faire rêver, entre ciel d’azur et mer d’émeraude où rayonne le soleil d’hiver :

Le Mimosa.

mimosass.jpg

La Route du Mimosa vous invite à des séjours parfumés jaunes et bleus de Bormes les Mimosas dans le Var à Grasse dans les Alpes Maritimes : de janvier à mars avec une préférence pour le mois de février... 8 étapes à découvrir... Distance : 130 Km.

Itinéraire : Bormes les Mimosas, Le Rayol-Canadel, Sainte-Maxime, Saint Raphaël, Mandelieu-la-Napoule, Tanneron, Pégomas et Grasse

http://www.visitvar.fr/provence-cote-azur/le-mimosa.aspx

http://grasse.fr/userfiles/image/Routes%20touristiques/mi...

MIMOSA-baie-delpierre.jpg

La Côte Atlantique n’est pas en reste : la douceur climatique de l’île de Noirmoutier permet de faire fleurir abondamment le mimosa, à tel point qu’on surnomme le lieu "l’île aux mimosas"!

(vidéo du journal télévisé du 9/02/2013)

Le mimosa dans le langage des fleurs

Jaune lumière, le mimosa est riche de significations : on le compare naturellement au soleil.

Il symbolise également la magnificence, l’élégance, la tendresse et délivre un message d’amitié. Dans les songes, le mimosa est signe de sécurité.

Il représente aussi l’énergie féminine, c’est pourquoi depuis 1946, il est l’emblème de la Journée de la femme le 8 mars.

mimosad1c8590f.jpg

Ce joli bouquet pour vous !

Pour conserver le mimosa acheté chez le fleuriste, il est conseillé d’écraser le bout des tiges au marteau après les avoir coupées et de les mettre dans de l’eau tiède un peu sucrée.

mimosa2413-4f16e43e2ab0a-645x410-5.jpg

Amitiés
Janie

14/02/2014

Impossible de manquer la Saint Valentin...

saint valentin.jpg

Pour ceux qui auraient pu la manquer...

Si c'est encore possible vu la "pub" qu'on fait autour de cette fête...

jtippygs.gif

Allez juste pour vous faire sourire, je me sens en forme ce matin... -lol-

saint valentincadrl932.gif

5-livres-magazine-282942_1_ - Copie.jpg

medium_Couple_Dubout.2.jpg

86818597_1f0aa1dfc2_o.jpg

602_001.jpg

h-20-1915988-1264930674.jpg

 

peynet-et-dubout.jpg

Pour ceux qui ne connaissent pas cette série télévisée

Allez je redeviens sérieuse
Bonne journée à tous amoureux ou pas

1620749_10201191260294714_591527819_n.jpg

peynet55.jpg

d3nmphln.gif

Janie

10/02/2014

Vous reprendrez bien un peu de soupe !

Vous reprendrez bien un peu de soupe !

soupegif5-1-.gif

Tout le monde connaît les pâtes à potages (vermicelles, lettres, étoiles...)pâtes potagesC15.jpg      pâtespotagesCC16C.jpg

Aujourd’hui je veux vous faire découvrir les "plombs" des pâtes en forme de petites billes que j’ai récemment découverts. On en trouve dans toutes les épiceries orientales, dans certaines grandes surfaces, la marque Panzani en commercialise aussi, vous pouvez donc remplacer les pâtes à potages traditionnelles par les plombs, c’est délicieux !

plomb3.jpg

plombspanzani.jpg

Les plombs sont utilisés dans un plat algérien traditionnel et hivernal, appelé "aïch" "berkoukés" suivant la région, qui occupe une grande place dans la cuisine de l'ouest Algérien. Il est traditionnellement préparé lors de l'arrivée d'un nouveau-né pour la maman qui s'en nourrit pendant 7 jours afin de récupérer des forces. Il est composé de légumes, viande et pâtes en forme de gros grains de couscous roulés à la main qu’on appelle aussi petits plombs. Les recettes diffèrent d'une région à l'autre, il y a autant de recettes que de noms différents pour ce plat, chacun avec sa façon de faire mais tout aussi délicieux les uns et les autres. En Kabylie, le berkoukés est le plat de certaines célébrations : accouchements, première dent, inauguration des labours, etc. Dans l'Ouest algérien, il est notamment préparé à l'occasion de certaines célébrations, le mawlid (commémoration de la naissance de Mahomet, le Prophète de l’Islam) à Sidi Bel Abbès, ou yennayer (le nouvel an berbère) à Tlemcen. (sources Internet et http://fr.wikipedia.org/wiki/Berkoukes)

plombsberkoukes-aux-legumes3_3.jpg

Quelques souvenirs...

Dans mon enfance dans les années 1960, chez mon parrain né en 1913 et d’origine italienne, on mangeait de la panade agrémentée de parmesan. La panade était faite à base de pain, d’eau, de sel. Elle pouvait s’améliorer avec du beurre et un jaune d’œuf. Avant elle était considérée comme le plat du pauvre et est donc devenue synonyme de misère. Ainsi, lorsque l'on mangeait de la panade, on était dans de beaux draps.

La panade peut se rapprocher de la mouise.  "Être dans la panade = Être dans le pétrin."

panadeVgQO3dQ5PbRKM5K4ZIi-XrZEjRs.jpg

Je me souviens aussi que ma petite mère d'origine bretonne, se rappelant son enfance, nous cuisinait une bouillie de blé noir ou grou à la consistance épaisse qu’elle versait dans un bol. On y faisait un puits pour mettre un morceau de beurre salé et on dégustait à la petite cuillère. Le reste (ou la totalité de la bouillie) pouvait se déguster le lendemain, refroidi, coupé en cubes ou en tranches et passé à la poêle dans du beurre salé qu’on mangeait en accompagnement ou en version sucrée, saupoudrée de sucre en poudre.

grou.jpg

Traditions françaises

En Auvergne certaines personnes "font chabrot"

chabrot.jpg

 Faire chabrot ou faire chabròl est une antique coutume occitane et paysanne qui se pratiquait dans de nombreuses campagnes françaises. Cela consistait, quand il restait un fond de soupe ou de potage, à ajouter dans l'assiette du vin rouge pour diluer ce bouillon puis de porter le plat à la bouche et l'avaler à grandes goulées. Le Périgourdin fà chabroù ; en Limousin on fait chabrot ; tandis qu'en Provence, Frédéric Mistral explique que cabroù est issu du latin capreolus. Faire chabrot, c'est donc "boire comme une chèvre». Au Poitou et en Saintonge, on utilise aussi le mot "godaille". En gascon, on utilise aussi le terme godala (probable métathèse de goulade, "goulée"). Il semblerait que cette pratique ait aussi existé au nord de la Loire : dans le dernier volume de la Chronique des Pasquier, Georges Duhamel parle d'une pratique déjà ancienne ("c'était une coutume de mon père ") qu'il appelle le champorot et qui est le chabrot.

chabrot100205070845687233.jpg

 Aujourd’hui, considéré comme un geste rustique et rural, peut, dans  certaines occasions, se pratiquer dans tous les milieux, dans un esprit de connivence et de convivialité…

chabrot1chab3.JPG

Pour finir avec la soupe

La soupe de saison : la soupe à l’ail contre les virus

soupe-a-l-ail-300x200.jpg

Un moyen simple de renforcer votre système immunitaire est d’être généreux avec les herbes, les épices et condiments dans votre cuisine. Les herbes et épices sont un moyen simple et accessible à toutes les bourses pour donner bon goût à la nourriture tout en augmentant les qualités nutritionnelles et thérapeutiques des aliments. L’ail, en particulier, est apprécié dans la plupart des civilisations pour ses vertus curatives, notamment contre les maladies infectieuses telles que le rhume et la grippe. Cela est probablement dû à ses effets stimulants du système immunitaire. L’ail frais est un puissant agent antibactérien, antiviral, et antifongique.

 

malade22.jpg

 

Je vais tester immédiatement j'en suis à ma deuxième bronchite depuis le début d'année.

epices rabelais.jpg

Ci-dessous une bonne recette de soupe à l’ail du site des épices Rabelais

 http://www.epices-rabelais.com/fr/home.html

Ingrédients pour 4 personnes : •  2 1/2 têtes d'ail (ail rose de Lautrec ou ail fumé d'Arleux) • 1 oignon • 3 cuil. à soupe d'huile d'olive • 1 carotte • 2 pommes de terre de taille moyenne • 2 cuil. à soupe de fond de volaille • 1,5 l d'eau • 1 feuille de laurier • 1 cuil. à café de thym • 1/2 cuil. à café d'Epices Rabelais • Quelques brins de persil • 4 œufs • 5 cl de vinaigre blanc  45 cl d'eau • Sel, poivre blanc Muntok

Préparation : 20 minutes. Épluchez les gousses d'ail, coupez-les en deux et retirez les germes. Émincez l'oignon. Épluchez les pommes de terre et coupez-les en dés. Pelez la carotte et taillez-la en rondelles. Mélangez l'eau et le fond de volaille. Dans une marmite, mettez l'huile à chauffer. Faites légèrement revenir l'oignon (5 minutes). Ajoutez les morceaux de carotte, de pommes de terre, l'ail, le laurier et le thym. Mélangez puis versez 1,5 l de bouillon de volaille. Portez à ébullition puis laissez mijoter à couvert 30 minutes. Salez et poivrez. En fin de cuisson, passez la soupe au mixer. Dans une casserole, mettez à chauffer 45 cl d'eau salée avec 5 cl de vinaigre blanc. Cassez un œuf dans une tasse et renversez-le délicatement dans l'eau frémissante. Recommencez la même opération pour les trois autres œufs. Laissez-les pocher 3 minutes. Retirez-les avec une écumoire. Servez la soupe dans un bol ou une assiette à soupe. Placez un œuf poché au centre et parsemez de persil ciselé. Accompagnez-la de croûtons aillés.

soupe à l'ail rabelais58.jpg

Vous trouverez aussi des recettes de soupe à l’ail sur les blogs d’Anita, note du 13 janvier 2013 : http://unesarthoise.blog50.com/archive/2013/01/13/en-remo... 

et de B.A. ET LANGUEDOC, note du 16 septembre 2011 rubrique cuisine : http://baetlanguedoc.blog50.com/archive/2011/09/16/l-ail-...

soupe grimace.jpg

Je garde un mauvais souvenir de ma 1ère découverte de la soupe au potiron, j'avais environ 8ans et avec mes frères nous n'avions vraiment pas aimé et je me rappelle que mon père s'était fâché quand maman qui ne consommait pas de sucre (une anomalie de sa famille bretonne) nous avait autorisés à ne pas la manger. Et maintenant je trouve ça délicieux !

 Et vous, avez-vous une recette familiale, un souvenir bon ou mauvais avec la soupe ou votre soupe préférée ?

A vous maintenant !

Bonne fin d'hiver à tous

 

janie-569444.gif

 

 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique