logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

04/08/2011

Pas de "gorilles" dans les bois de la Margeride mais de beaux champognons...

 

blinkie3.gif

Z'amies et Z'amis blogueurs

Je vous offre virtuellement cette belle cueillette,

souvenirs d'une bonne journée dans les bois de la Margeride

Pas de Bête ni de gorilles en vue juste ces beaux champignons

Amitiés

 

P1070316.JPG

Janie

b0ea251f.gif

 

02/08/2011

Michel Berger Souvenirs souvenirs

 

Michel Berger

 

299593-michel-berger-un-portrait-intime-156x133-3.jpg

Michel Berger, pseudonyme de Michel Jean Hamburger, né le 28 novembre 1947 à Neuilly-sur-Seine et mort le 2 août 1992 à Ramatuelle, est un pianiste, auteur-compositeur-interprète, directeur artistique et arrangeur musical français.

Le Paradis Blanc

http://www.youtube.com/watch?v=pUt6YLeECGI

Il y a tant de vagues et de fumée
Qu'on arrive plus à distinguer
Le blanc du noir
Et l'énergie du désespoir
Le téléphone pourra sonner
Il n'y aura plus d'abonné
Et plus d'idée
Que le silence pour respirer
Recommencer là où le monde a commencé

Je m'en irai dormir dans le paradis blanc

Où les nuits sont si longues qu'on en oublie le temps
Tout seul avec le vent
Comme dans mes rêves d'enfant
Je m'en irai courir dans le paradis blanc
Loin des regards de haine
Et des combats de sang
Retrouver les baleines
Parler aux poissons d'argent
Comme, comme, comme avant

Y a tant de vagues, et tant d'idées

Qu'on arrive plus à décider
Le faux du vrai
Et qui aimer ou condamner
Le jour où j'aurai tout donné
Que mes claviers seront usés
D'avoir osé
Toujours vouloir tout essayer
Et recommencer là où le monde a commencé

Je m'en irai dormir dans le paradis blanc

Où les manchots s'amusent dès le soleil levant
Et jouent en nous montrant
Ce que c'est d'être vivant
Je m'en irai dormir dans le paradis blanc
Où l'air reste si pur
Qu'on se baigne dedans
A jouer avec le vent
Comme dans mes rêves d'enfant
Comme, comme, comme avant

Parler aux poissons d'argent

Et jouer avec le vent
Comme dans mes rêves d'enfant
Comme avant

 

1319-michel-berger-156x133-1.jpg

 

Quelques Mots D'amour

http://www.wat.tv/video/michel-berger-quelques-mots-27msh...

Il manque quelqu'un près de moi
Je me retourne tout le monde est là
D'où vient ce sentiment bizarre que je suis seul
Parmi tous ces amis et ces filles qui ne veulent
Que quelques mots d'amour

De mon village capital

Où l'air chaud peut être glacial
Où des millions de gens se connaissent si mal
Je t'envoie comme un papillon à une étoile
Quelques mots d'amour

Je t'envoie mes images

Je t'envoie mon décor
Je t'envoie mes sourires des jours où je me sens plus fort
Je t'envoie mes voyages
Mes jours d'aéroport
Je t'envoie mes plus belles victoires sur l'ironie du sort

Et dans ces boîtes pour danser

Les nuits passent inhabitées
J'écoute les battements de mon cœur répéter
Qu'aucune musique au monde ne saura remplacer
Quelques mots d'amour

Je t'envoie mes images

Je t'envoie mon décor
Je t'envoie mes sourires des jours où je me sens plus fort
Je t'envoie mes voyages
Mes jours d'aéroport
Je t'envoie mes plus belles victoires sur l'ironie du sort

De mon village à cent à l'heure

Où les docteurs greffent les cœurs
Où les millions de gens se connaissent si mal
Je t'envoie comme un papillon à une étoile
Quelques mots d'amour

09:09 Publié dans Blog, Musique, Web | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

31/07/2011

Pour Alain et sa famille Le voilier William Blake

 

Ce poème que j'ai lu lors des obsèques de mon frère parti si tôt et si vite aussi à l'aube de ses 60 ans, l'an passé, je le dédie aujourd'hui à Alain parti bien trop tôt et sa famille avec tout mon respect et mes sincères pensées d'amitiés.

Le voilier

 

 

u21461312.jpg

Je suis debout au bord de la plage.

Un voilier passe dans la brise du matin et part vers l'océan.

Il est la beauté, il est la vie.

Je le regarde jusqu'à ce qu'il disparaisse à l'horizon.

Quelqu'un à mon côté dit : "Il est parti ! "

Parti ? Vers où ?

Parti de mon regard, c'est tout !

Son mât est toujours aussi haut,

Sa coque a toujours la force de porter sa charge humaine.

Sa disparition totale de ma vue est en moi, pas en lui.

Et juste au moment où quelqu'un près de moi dit : "Il est parti ! "

Il y en d'autres qui, le voyant poindre à l'horizon et venir vers eux,

S’exclament avec joie : "Le voilà ! "

 

William Blake.

 

x16155674.jpg


http://www.youtube.com/watch?v=3MSGYBZS8d8


 

 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique